اسم المستخدم الدخول تلقائياً
كلمة المرور
التسجيل الأسئلة المتكررة قائمة الأعضاء المشاركات الجديدة بحث تسجيل الدخول


إرسال موضوع جديد الرد على الموضوع  [ 1 مشاركة ] 
الكاتب رسالة
 عنوان المشاركة: ghd hair straightener-2013-08-02 20-26-118-9cQW-7u
مشاركةمرسل: الثلاثاء يوليو 08, 2014 3:13 pm 
غير متصل
اشترك في: السبت يونيو 28, 2014 8:17 am
مشاركات: 15
Acte 1: une tragédie grecque
Au départ, donc, était l’Antéchrist budgétaire: la Grèce. Voilà un pays qui s’est permis de tripoter ses comptes publics à tel point que l’on découvre un déficit double du déficit officiel, pas moins! Avec un trou budgétaire de 12% du PIB, il faut emprunter beaucoup. Et à terme, cela menace le crédit du pays. La notation de la solidité financière de la Grèce baisse, le tourbillon s’enclenche. Les taux d’intérêt demandés par les marchés financiers augmentent follement, au point de rendre la Grèce incapable d’emprunter et donc de justifier l’anticipation d’un défaut sur la dette et la hausse des emprunts. Mi-avril, la Grèce est affligée de taux d’intérêt supérieurs à ceux que l’on demandait à l’Argentine à la veille de sa faillite.
Pour calmer le jeu, rien de plus simple! Il suffit de prêter à la Grèce à un taux normal l’argent qu’elle ne trouve plus sur les marchés. Il est bien évident par ailleurs que la Grèce devra à un moment ou un autre restructurer ses comptes publics.
Sauf que depuis le départ, l’Allemagne cherche à construire l’Euro de manière à n’être jamais obligée d’intervenir pour sauver des Etats dépensiers. C’est là toute la justification des fameux critères de Maastricht, et l’article 1125 du Traité de Lisbonne va jusqu’à prohiber l’assistance financière d’un Etat envers un autre. Or Angela Merkel a une élection en cours et refuse de dire à un tel moment devant ses citoyens que l’existence de l’Euro peut rendre nécessaire que l’Allemagne sorte son porte-monnaie. La chose est donc réaffirmée avec constance: pas un sou!
Acte 2: Les aider, mais le leur faire payer!
Pendant ce temps, la situation grecque s’aggrave évidemment et rend toujours plus important le plan de sauvetage nécessaire pour assurer la situation. Le gouvernement grec commence à donner des signes d’appel au FMI. Celui ci parvient à convaincre Angela Merkel que la situation n’est plus tenable. Il faut dire aussi que la dette grecque étant principalement détenue par les banques françaises et allemandes, la Chancelière aura le choix entre aider un pays membre de l’Euro ou aider ses banques à nouveau, ce que les électeurs risquent d’apprécier moins encore. Le 11 avril, c’est une capacité de prêt de 30 milliards d’euros que consentissent les Européens à la Grèce,ghd hair straightener, en partenariat avec le FMI.
Mais il n’est pas question que ce soit un cadeau, non non! Déjà, ce sont des prêts à 5%, quand la France et l’Allemagne empruntent aux alentours de 1%. Ensuite, en échange, un plan d’ajustement particulièrement rigoureux est imposé à la Grèce, qui se voit ainsi mise sous tutelle de l’Europe. De 12% en 2010, ses déficits publics doivent repasser à 2,8% en 2012. Début mai, la Grèce annonce son quatrième plan d’austérité dans un climat social particulièrement houleux. Evidemment, chacun voit que c’est absurde: comment peut-on,Cheap GHD Hair Straightener, d’un côté, se reposer sur les plans de relance et les dépenses sociales pour amortir la crise, et de l’autre demander à la Grèce une amputation budgétaire avec un chômage réel qui approche les 20%?
Sans parler du reste, mais Daniel Cohn Bendit en parle très bien:
Le 7 mai, le nouveau plan d’aide définitif à la Grèce est validé, et porte cette fois-ci sur 110 milliards d’euros.
Acte 3: le putsch de la BCE
Jusqu’ici, l’orthodoxie a été à peu près respectée. La Grèce est, en théorie, rentrée dans le rang budgétaire,ghd hair, elle n’a pas été soutenue par les autres Etats membres mais ils ont servi en quelque sorte d’intermédiaires rémunérés pour emprunter sur des marchés qui lui étaient devenus inaccessibles.
Et pourtant la BCE,cheap ghd, directement en contact avec les marchés, sent que le consensus mou n’est plus tenable. Elle écorne ses propres principes de n’accepter que des titres absolument sûrs comme collatéral: fin mars, lorsque les obligations grecques sont notées BBB-, et surtout le 3 mai en annonçant que les obligations grecques seront acceptées comme collatérales par la BCE quelle que soit leur notation. C’est en fait assez logique: dès lors que les Etats membres sont déterminés à ne pas laisser la Grèce faire faillite, sa dette est sûre et les agences de notation sont en réalité à côté de la plaque. C’est Jean-Claude Trichet qui, de manière informelle, commence à intervenir parmi les premiers pour défendre avec force un fonds monétaire européen, assez directement contraire à la théologie maastrichtienne.
Charles Wyplosz parie alors sur un défaut de la Grèce. Paul Krugman considère que non seulement la Grèce va faire défaut, mais qu’en plus elle quittera l’Euro. L’argumentation est limpide, donc reprenons la: le plan d’austérité est insoutenable et, en tuant la possibilité de croissance, va également condamner à l’échec l’idée d’un assainissement budgétaire. Mais faire défaut sur la dette n’aiderait pas non plus, car le trou budgétaire hors remboursement de la dette est de 8%, ce qui reste très gros. Donc soit la Grèce fait de tels sacrifices salariaux qu’elle redevient rapidement compétitive (irréaliste), soit la BCE se met d’un seul coup à acheter beaucoup de dette souveraine et à laisser filer un peu d’inflation (totalement irréaliste) soit Berlin aide Athènes (utopique),ghd straightener, soit la Grèce sort de l’Euro et dévalue.
Nous avons laissé les responsables politiques européens le 7 mai, satisfaits de leur plan d’aide colossal. Le week-end sera violent, c’est désormais potentiellement toute l’Eurozone qui est attaqué. Les 27 et 28 avril, ce sont les obligations portugaises et espagnoles dont la note est dégradée. Le 7 mai, alors que l’on met la dernière main au plan grec, les taux d’intérêts sur le dette portugaise à deux ans sont à 9%. La spéculation commence à monter contre l’Espagne. Il devient assez clair que, comme avec Bear Stearns,ghd australia, la crise de confiance financière a atteint les Etats. Si on laisse le premier faire faillite,cheap ghd hair, tous seront menacés sur les marchés.
Au petit matin du 10 mai, c’est un autre monde. Effrayés par le risque d’effet domino, harcelés par Obama qui est tout de suite en ligne après l’Eurozone, c’est tout le système de Maastricht que les européens font sauter. Jean Quatremer parle même de «nuit du 4 août».
D’abord, c’est la création d’un FME appuyé sur le FMI. Comme l’Allemagne a refusé que la Commission puisse emprunter avec sa garantie (celle des Etats membres), c’est un bidule créé pour l’occasion (en anglais: special investment vehicle) qui le fera, avec la garantie des Etats membres et sous la responsabilité de la Commission. Je ne suis pas certain de comprendre la différence, mais parfois la politique tient à des subtilités... Au total, on parle de 830 milliards d’euros mobilisables pour l’Eurozone. La Commission aura tout de même le droit d’emprunter une petite centaine de milliards pour les Etats hors zone Euro. Les conservateurs anglais annoncent que, pour mettre en œuvre leur propre conception de la solidarité européenne, ils n’y participeront pas. Les conservateurs américains non plus, mais on avait oublié de leur demander. La surface financière du fonds et du FMI rendent impossibles les attaques spéculatives et vaines les craintes de faillite d’un Etat: il y a de quoi couvrir les dettes des fameux PIIGS. Les taux d’intérêts reviennent immédiatement à la normale, l’Estonie rentre dare-dare dans l’Euro.
Surtout, la BCE s’autorise, et autorise les autres banques centrales à acheter directement de la dette souveraine ET privée sur le marché. Comme les banques centrales ailleurs dans le monde, quoi! Et elle le fait immédiatement et massivement pour montrer que c’est pas du flan. En théorie bien entendu, il ne s’agit que d’arbitrages: on vend de la dette allemande pour acheter de la dette grecque. En pratique cela va extrêmement loin: en multipliant les achats nets, comme la BCE va nécessairement être amenée à le faire, elle va créer de la monnaie et donc... de l’inflation. Pas grand chose, rien de bien menaçant, 1 à 1,5%. Mais quel bol d’air pour les finances publiques quand les pays européens sont plutôt proches de la déflation!
Acte 4: et maintenant?
On ne peut qu’être assez étonné de cette ruse de l’histoire: le gouvernement économique de l’Euro, la fin du dogme zéro solidarité, zéro inflation, tout cela provient des plus bornés des gardiens du temple: un aréopage de ce qui se fait le plus à droite comme Conseil européen, Jean-Claude Trichet! L’absence absolue, totale, de la Commission! Ont-ils bien compris qu’ils changeaient les règles du jeu? Apparemment non, et c’est pourquoi Pierre Moscovici peut parler d’un réflexe de survie plus que d’un nouveau départ.
Car vaille que vaille, tout cela est bien entendu destiner à ne pas servir. Pour une raison très simple, la responsabilité budgétaire. On va demander à la Grèce de poursuivre son plan d’austérité. La crise s’étend au Portugal à l’Espagne? Eh bien, eux aussi! Et tant qu’à faire évitant les risques, tournée d’austérité générale pour tout le monde! La crise est finie, les plans de relance c’était la mode de 2009, retour aux critères de Maastricht est tout de suite s’il vous plaît.
Mais ce faisant, ils mettent en place pour la première fois la coordination budgétaire que l’on attendait dans la zone euro. Ainsi , la Commission propose une concertation sur les avants-projets budgétaires des pays membres de l’euro, pour examiner non seulement les soldes mais les grands choix de compétitivité et les déséquilibres structurels entre pays! Que, par un dernier raidissement cadavérique, la droite européenne cherche par ce biais à imposer la rigueur budgétaire est une chose. Qu’elle y parvienne en est une autre. Comment demander à l’Espagne, bon élève budgétaire ayant été en excédent pendant des années un plan de rigueur en fronçant les yeux alors que son indemnisation contre le chômage a explosé et que ses recettes fiscales se sont évanouies? Si la Commission, quand elle avait encore de l’influence, n’a jamais réussi à imposer les critères de Maastricht aux Etats membres pendant les périodes de vaches grasses, il est absolument illusoire de penser qu’en pleine crise elle parvienne à leur faire avaler une potion bien plus amère, un poison en fait.
En attendant, ce qui s’est fait est fait!
C’est un week-end assez révolutionnaire que vient de connaître l’Europe. Confrontée à l’un de ses membres, la Grèce, rattrapée par ses pratiques budgétaires néfastes au tournant de la crise, elle a été dans l’incapacité pendant plusieurs mois de se décider à lui apporter une aide minimale. Et puis, d’un seul coup, ce sont tous les tabous les interdits freudiens mis en place par les traités qui sautent. Que s’est-il passé?
相关的主题文章:


http://www.joby.jp

http://www.7esthe.com

http://ir.tdc.ac.jp

http://www.suma-yc.org

http://www.winwinroom.net

http://www.sharesjp.biz

http://www.venomous-vitriolic.de/index.php?site=news_comments&newsID=17


أعلى
 يشاهد الملف الشخصي  
 
عرض مشاركات سابقة منذ:  مرتبة بواسطة  
إرسال موضوع جديد الرد على الموضوع  [ 1 مشاركة ] 


المتواجدون الآن

المستخدمون المتصفحون لهذا المنتدى: لا يوجد أعضاء مسجلين متصلين و 1 زائر



البحث عن:
اذهب إلى:  
تعليمات المشاركة
لا تستطيع كتابة مواضيع جديدة في هذا المنتدى
لا تستطيع كتابة ردود في هذا المنتدى
لا تستطيع تعديل مشاركاتك في هذا المنتدى
لا تستطيع حذف مشاركاتك في هذا المنتدى
لا تستطيع إرفاق ملف في هذا المنتدى
cron
حذف الكوكيز الخاص بالمنتدى | أعضاء الإدارة | جميع الأوقات تستخدم GMT
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Translated by phpBBArabia